VIDEOS

Les 6 jours de la Création du monde en vidéos.

Tout d’abord, vous devez passer par la vidéo d’introduction pour vous familiariser avec le déroulement et la construction des vidéos. Je vous rappelle au passage que vous êtes sur un site d’étude et non à Hollywood. Personne ici ne revendique un oscar ou une quelconque distinction. Donc, si c’est de l’insolite que vous cherchez, vous serez déçus.

Pour une fois, nous nous intéresserons au fond et non à la forme. Les vidéos seront mises en ligne petit à petit. Soyez patients.

Cela commence donc ici par la vidéo d’introduction:

La première journée de la Création du Monde décrite dans la Torah est, à mon sens, l’élément fondamental de compréhension de tout. Sans avoir approché son sens premier, il est impossible de s’inscrire dans une véritable démarche spirituelle. Aussi, je vais m’y attarder plus longuement que sur les autres en parcourant quelques axiomes élémentaires.

Un de ces axiomes fondamentaux est de différencier le masculin du féminin qui ne sont ni plus ni moins que les écarts séparant le yin du yang en Asie. Il s’agit d’un préambule absolument nécessaire à l’étude de la Création du Monde.

Bien sûr, même après quelques précisions obligatoires, il n’en demeure pas moins que l’objectif du projet divin reste obscur pour nombres d’entre nous voire même pour la totalité. La plupart des religions parlent de soumission à Dieu et de « le servir ». Pourtant, à force d’étude, on se rend compte que les personnages décrits dans la Bible sont tous sauf des insoumis. Le principal d’entre eux, Moïse, celui qui révèle les règles divines à un embryon de peuple errant est le prototype du libérateur. Vous pourriez me répondre qu’il faut être soumis à Dieu si on est religieux. On peut tourner en rond ensemble très longtemps sur cette question parce qu’en fait, la vraie question est pourquoi ? Pourquoi ce projet ? Quel en est le but ? En quoi la création du monde aiguille-t-elle vers la nature de ce projet ? La réponse est ici:

Ça y est ! Nous rentrons dans l’étude du texte à proprement parlé et cela se complique déjà. La création du monde révèle des nombres. Ils sont fondamentaux et apportent une dimension étendue aux mots qui sont utilisés. Ils deviennent un symbole et une image. Ils sont un langage dans le langage.

Restons dans les nombres. Le plus étonnants de tous dans ce premier verset de toute la création du monde est le 111.

Certes, les chiffres, c’est bien beau mais le texte fonctionne aussi selon une autre propriété élémentaire : l’image. A partir de maintenant, je vous propose de visualiser un documentaire tel que ceux qui décrivent nos 13,8 milliards d’années d’existence en 1 heure. Ne rigolez pas, c’est exactement de cela dont il s’agit. Contrairement à tout ce qu’on vous a appris sur la religion, quel que soit le monothéisme dont vous provenez, la condition première à la religiosité n’est pas la foi, c’est la connaissance. La foi n’est que la barrière ultime de la connaissance et non un préambule. Quand il l’est, ce n’est qu’un esclavage comme un autre et c’est exactement ce qu’a essayé de faire comprendre Moïse à son peuple. Mais je m’égare. Dieu est le plus physicien quantique du monde, la preuve…

Et la lumière fut…Vous allez enfin comprendre ce que cela signifie. Après cette vidéo, la première journée de la création du monde s’achève. Rien qu’avec ces quelques vidéos, si l’envie vous prend, vous avez les meilleurs outils pour étudier le texte. Le tout est simplement de ne jamais oublier qu’il ne faut jamais croire mais toujours tenter de savoir. Croire, c’est laisser la place au fantasme, à la tare psychiatrique latente ou aux intentions douteuses. Maintenant que vous en savez plus, vous devez avoir le sentiment que l’urgence du projet n’est pas de devenir « croyant » mais de devenir « sachant » afin que plus personne ne doute de l’existence de Dieu mais s’inscrive dans le projet lui-même et ce quel que soit son niveau. Servir Dieu, c’est cela et cela n’a rien à voir avec l’idée de s’agenouiller et faire des ablutions. Si vous voulez en savoir un peu plus sur les rituels, j’aborde le sujet dans mon deuxième lIVRE.

Deuxième journée de la Création

A partir de maintenant, nous rentrons dans un déroulé de l’histoire du monde tel qu’il aurait pu être vu de l’extérieur tel qu’il aurait pu être vu par un spectateur attentif. Là où nombre de religieux ne voient que miracles et tours de magie, un esprit critique opposera, au contraire, une logique de fonctionnement selon des règles très physiques. Je rappelle ici que c’est Élohim qui reste à la manœuvre et il n’existe aucune exception aux lois d’Élohim.  Tant mieux pour nous, le miracle n’existe pas, ce qui enlève tout à coup un grand nombre de doutes sur la sainteté de beaucoup d’évènements historique. Ici, dans cette deuxième journée, tout démarre par une catastrophe apparente qui va se révéler une véritable bénédiction. Voici comment….

Après la Création du ciel, et l’évaporation de l’eau, il convient de s’interroger sur cette journée cataclysmique. D’autres choses fondamentales doivent être associer à cette étape.

Troisième jour de la Création

La base du monde est saine. Pour le parfaire, il faut qu’il devienne vivant. Certes, l’eau y est déjà présente mais dans la fournaise ambiante, elle n’existe qu’à l’état de gaz. La maître mot du troisième jour, c’est le refroidissement. Dans la première partie de cette étape, la vapeur se condense, l’eau liquide apparaît, laissant sous entendre un autre phénomène, l’érosion. De la combinaison de la terre et de l’eau naîtra la vie. L’eau seule demeure une substance neutre. Elle est nécessaire mais non suffisante. Vous pouvez trouver une analyse symbolique de ce phénomène dans mon deuxième lIVRE. Je tenterai d’en livrer une approche dans les articles de ce site. Quand le cocktail gagnant de la terre et de l’eau parvient au bon dosage, il est temps d’apercevoir les premier signe de vie. c’est ce que nous observerons dans la deuxième partie de cette journée.

Quatrième journée

La vie est bien présente sur la planète mais elle demeure cachée dans les océans. pour lui permettre de conquérir la Terre entière, il manque encore un élément primordial, c’est….

Cette journée est extraordinaire mais plus encore, elle est extrêmement représentative de ce que le Créateur peut attendre de nous. Si vous n’avez pas compris que la connaissance et le raisonnement sont le socle d’une vraie vie religieuse, j’espère que cette étape finira de vous convaincre. Je le dis et je le répète, la foi n’est pas une source mais une conséquence de nos limites. Toute religion qui vous demande de croire avant de savoir est une usurpatrice du véritable projet humain. En tous les cas, voici comment le ciel peut exister, c’était écrit il y a 3200 ans environ, ne l’oubliez pas.

Cinquième journée

Toutes les conditions sont désormais réunies pour l’émergence de la vie terrestre. En vertu du principe basique que la vie occupe toute la place, elle va coloniser la Terre entière sous toutes les formes possibles. La encore, il convient de ne pas oublier d’utiliser la clé que je vous ai livrée dès la début car ici encore, la foi ne vous sera d’aucun secours. J’ai séparé cette journée en deux parties distinctes, les voici :

Sixième journée : l’Homme

Ceux qui pensent encore que l’homme n’existait pas avant cette journée doivent absolument se replonger dans les livres sur l’évolution. Comme je l’ai maintes fois affirmé, l’homo sapiens n’est pas né dans un choux ou par un claquement de doigts. Il est issu d’une lignée d’hominidés qui étaient considérés comme des hommes mais non comme des Hommes au sens du projet. Ce qui fait la différence entre eux, c’est le cerveau, preuve s’il en est qu’on attend de nous un minimum de réflexion mais pas seulement. Le cerveau de l’Homme abouti possède une autre caractéristique très technique, il est le réceptacle le plus puissant de l’âme au sens divin du terme.

C’est d’ailleurs un aspect dont nous allons discuter le sens dans la vidéo suivante. En effet, nous savons que le Néandertal possédait un cerveau plus volumineux que le nôtre, pourtant, ce n’est pas lui qui a été choisi. Dans le monde du divin, la qualité prime sur la quantité, une remarque que notre monde actuel devrait reprendre à son compte…

Alors quel homme pour soutenir ce projet ? Quelles caractéristiques devra t-il avoir ? Et que signifie ce terme « faisons » qui me heurte quand je lis « faisons l’homme ». Pourquoi parle t-on encore d’unicité de Dieu quand le verset utilise la première personne du PLURIEL !?

Fin de la sixième journée

Toutes les bonnes choses ont une fin. En fait, il s’agit d’un commencement. En 31 versets, la Torah présente tout un faisceau de preuves irréfutables. Mais cela ne servirait à rien si la Genèse restait lettre morte pour nous au XXI ième siècle alors que nous sommes au bord du chaos. Je vais même aller plus loin. L’ensemble de l’ancien testament  a été écrit pour nous, pour notre époque et je vais même vous dire pourquoi.

Aucune des connaissances nécessaires pour comprendre cette Création n’étaient accessibles avant le XXième siècle. Et je vais d’ailleurs me contredire tout de suite en soulignant que la foi fut un élément déterminant pour que ce Livre nous parvienne. Néanmoins, la seule religion qui a compris qu’il fallait passer par l’étude approfondie du texte, c’est le Judaïsme. Même s’il ne fut pas épargné par le fanatisme, ni par certains côtés miraculeux, il a maintenu un suivi du projet, acceptable. Je le rappelle encore, je ne suis pas Juif ni affilié à aucune croyance d’aucune sorte. Je constate simplement que la foi seule, sans étude sérieuse liée aux connaissances actuelles, sans bon sens ni sens critique, sans réflexion personnelle ni application des connaissances acquises, sans discipline personnelle, sans implication ni courage, conduit à l’esclavage de l’Homme et de l’âme. Or, pour ceux qui pensent encore que la religion, c’est la soumission, je tiens à rappeler que tout « l’ancien testament » est une ode à la libération. Quoi ! Dieu passerai son temps à libérer un peuple et les religions s’appliqueraient à le soumettre ? C’est ridicule.

La religion pourrait être quelque chose de géant, de grandiose, si elle permettait le passage de l’Homme à la maturité. Mais aujourd’hui, elle se cache partout. Quand sa définition ne se borne qu’à la croyance, elle s’insinue dans la totalité de votre quotidien sous forme de pubs, d’études pseudo scientifiques, de discours politiques, d’éducations, d’egos et j’en passe… Aujourd’hui, tout est croyance et vous pouvez remplacer ce mot par un autre, esclavage. L’antithèse même du projet. Il manque à notre civilisation des règles claires, simples et applicables pour redécouvrir un sens moral IN-DI-VI-DU-EL, mais commun, j’insiste. Et seul un Livre qui apporte des preuves peut parvenir à cet exploit. Malheureusement, nous avons choisi la voie douloureuse, sans maîtrise, ni compassion sincère, nous allons donc aller au bout du processus et là, seulement, certains comprendrons vraiment l’objectif ultime de l’Homme, de son âme, sa réparation. Il n’appartient qu’à chacun de prendre conscience. Et chacun doit apporter sa pierre à l’édifice, aussi petite soit-elle.

Jean-Robert Barrouquere, LE lIVRE.