RÉPARATION 3 : Le temps

LA RÉPARATION DU MONDE 3 :

LE TEMPS

 

Vous pensez peut être que la richesse se calcule selon le chiffre situé en bas de votre relevé bancaire. C’est totalement faux. Il n’est que le reflet d’une histoire familiale ou d’un appétit féroce.

La véritable richesse, c’est le temps que vous avez pour vivre et ce n’est pas Patrick Le Lay, l’ex directeur général de TF1 qui me contredira lui qui affirmait :

« Ce que nous vendons à Coca-Cola, c’est du temps de cerveau humain disponible »

Avec un raisonnement pareil, vous admettrez qu’il est extrêmement intéressant pour ces créatures d’abêtir au maximum les populations en les figeant devant un écran.

En fait, nous le verrons, tout le monde se bat pour vous acheter ou vous voler votre temps.

Dans le premier lIVRE, l’étude des 7 premiers jours de la Création avait révélé une chose phénoménale. Dieu n’a pas créé la matière pour elle-même mais la conséquence de cette fabrication était de démarrer le chronomètre universel. Pour ceux qui veulent comprendre ce phénomène, je leurs suggère d’aller piocher ces informations dans des recueils de sciences.

Une énergie sans masse n’est pas soumise au temps. Dans le monde de la transcendance, le temps n’existe pas. Et par conséquent, si Dieu est éternel, c’est parce qu’il est hors du temps. Stephen Hawking affirmait que Dieu ne pouvait pas exister parce qu’avant le big bang, le temps était inconnu. Tout génie qu’il était, cela signifiait qu’il concevait l’éternité divine comme une échelle temporelle parcourue à sa guise par un super être insensible à la mort.

Pardonnez-moi mais c’est une vision enfantine de ce que révèle la Thora.

Nous sommes dans un univers-cocon protégé de l’Eternité, du non temps. Le temps est la première Création de Dieu pour établir son projet. Et si ce monde est matériel, c’est que le temps est obligatoirement lié à la matière dès sa naissance, il y a 13,8 milliards d’années.

Enfin, pas tout à fait.

13,8 milliards d’années moins 400000 ans. En effet, si nous avions été contemporains de cette époque, il aurait fallu attendre 400000 ans après le big bang pour voir la première lumière et les premiers éléments de matières. Tout le reste est demeuré caché pendant ce laps de temps.

Ce qui est extraordinaire, c’est que la Thora évoque cette Création-là ! Si vous pensiez que la religion est réservée à une caste d’hommes en prières, vous vous trompez, c’est peut-être même tout l’inverse. Voici pourquoi.

1 Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre.

2 Or la terre n’était que solitude et chaos; des ténèbres couvraient la face de l’abîme, et le souffle de Dieu planait à la surface des eaux.  

Je ne m’étendrai pas sur le premier verset même si c’est le plus extraordinaire de toute la Thora, je l’ai assez abordé dans LE lIVRE. Par contre, je vais faire un bref rappel de la suite. Bien sûr, ici, il s’agit de donner une vague idée de la richesse du texte et non de rentrer dans une analyse complète.

Après avoir imaginé son projet, le Créateur en vient à poser les premiers jalons de son monde. Dès le deuxième verset, nous apprenons que la terre, la matière, n’est pas encore ordonnée, que la lumière n’est encore que ténèbres et que celles-ci couvrent l’entrée de quelque chose. Puis, vient cette formule énigmatique : « et le souffle de Dieu planait à la surface des eaux. »

Un religieux vous affirmera qu’à ce stade, la Terre existe au milieu de nulle part, dans un vide glacé alors qu’il n’existe rien d’autre. Or, sur ce site, dans les lIVRES, j’affirme que la Terre n’existe pas non plus et qu’il faudra attendre plus de 9 milliards d’années pour en envisager l’existence. La science est formelle à ce sujet et c’est prouvé désormais. Alors, les scientifiques racontent-ils des histoires ? Non, ils ont raison car leur métier est de comprendre les règles d’Elohim, les règles de la nature.

Et lorsque ces règles sont promulguées, il n’existe aucune échappatoire possible y compris pour Dieu lui-même. Tenez, je vais vous montrer une phrase tirée d’une conférence sur le boson de Higgs, la fameuse particule de Dieu :

le temps de la réparation, particule de Dieu
Conférence du CERN sur le boson de Higgs en 2012

La formule mystérieuse trouve ici son explication. Avant 400 000 ans, tout fonctionne selon les principes de la mécanique quantique. Pour schématiser, nous pourrions dire que tout se résume à des phénomènes ondulatoires et que fait Dieu quand il souffle à la surface des eaux ?

Il crée une onde.

Ce deuxième verset est fantastique. En une phrase, nous avons un descriptif de l’état de la matière, de l’énergie existante à ce stade et des règles de fonctionnement. Tout y est. Et le pire, c’est qu’en ce moment, nous faisons ensemble une véritable analyse religieuse. C’est un peu plus rock and roll que la cour des miracles auxquels nous sommes habitués. Mais poursuivons.

3 Dieu dit: « Que la lumière soit! » Et la lumière fut.

400 000 ans après le big bang, la première lumière apparaît. Comment je le sais ? Parce qu’une photo existe de cet instant.

le temps de la réparation
Première lumière: le rayonnement fossile

C’est ce qu’on appelle le rayonnement fossile. Tout ce qui précède ce moment nous est invisible et inconnu. Il ne peut qu’être déduit des calculs mathématiques avec toutes les limites fixées par le choix du modèle de départ.

4 Dieu considéra que la lumière était bonne, et il établit une distinction entre la lumière et les ténèbres.                                                       

5 Dieu appela la lumière jour, et les ténèbres, il les appela Nuit. Il fut soir, il fut matin, un jour.

Que vous évoque ce cinquième verset ?

Certes, si vous êtes croyant, vous encenserez cette lumière mise en opposition aux ténèbres. Bref, vous me parlerez du bien, du mal et de tout le décorum habituel… Non. La première volonté qui est affirmée ici est celle de la création du temps que nous concrétisons, nous, humains, par l’alternance des jours et des nuits. Le reste n’est que spéculations.

Ici, je vais même aller plus loin. Le temps est l’élément fondamental de la Création de l’univers et donc, d’un contexte pour la réparation de l’Homme. Il est indispensable, bien plus que la matière, même si indissociable, à l’accomplissement du projet. Et c’est un petit bout de verset qui révèle cela.

Dieu considéra que la lumière était bonne

Quelqu’un peut-il me m’expliquer comment on juge qu’une lumière est bonne ? Existe-t-il des lumières mauvaises ? Permettez-moi d’éclaircir ce point, si je puis m’exprimer ainsi.

La lumière est composée de photons se déplaçant à 300000 km/seconde.

Maintenant, je vais reposer la question différemment.

Comment Elohim (Dieu), l’attribut du Créateur qui établit les forces de la nature, peut-il estimer l’intérêt de cette lumière ? Tout simplement en comparant son projet initial avec les paramètres de cette lumière, c’est-à-dire, son constituant et sa vitesse comme si elle devait être calibrée à un certain niveau pour poursuivre l’œuvre de départ.

Et c’est exactement le cas.

La totalité des 6 premiers jours est l’œuvre d’Elohim et ces étapes n’évoquent que des moments cruciaux de ce qui a conduit la Terre à devenir ce qu’elle est aujourd’hui. L’extraordinaire, c’est qu’il y a 3200 ans, quelqu’un a transmis ce texte à l’humanité et, si vous décidez de lire LE lIVRE, vous resterez pantois devant le fait qu’il ne s’y trouve aucune erreur.

Mais surtout, cette première journée met en évidence un fait époustouflant.

Le temps est le véritable or de ce monde. Le temps est la richesse authentique. Le temps n’est pas de l’argent, il est la composante principale de chacune de vos vies.

Qui vous vole votre temps, vous vole votre vie elle-même.

Et Dieu sait si on vous le vole en permanence. Tout est fait pour vous retenir à des endroits précis afin de vous spolier de votre attention et, accessoirement, de votre argent. Tant que vous êtes sous influence, vous ne pouvez mettre en action votre conscience et exercer votre volonté. Bref, vous ne pouvez plus accéder à cette petite partie de vous-mêmes pour laquelle votre corps a été spécifiquement adapté, votre âme.

Je ne parlerai pas d’elle aujourd’hui mais il faut bien vous rendre compte que vous n’en avez pas qu’une. Et même en sachant cela, il faut aussi envisager que chacune d’elle possède plusieurs niveaux ce qui ajoute à la complexité de la chose.

Tant que votre attention est monopolisée par un biais extérieur, vous n’avez aucun moyen de la diriger. Aussi longtemps que l’esprit prédomine sur l’âme, l’attention se trouve accaparée par les besoins de ce monde et la conscience demeure atténuée.

Or, l’enjeu majeur de chaque vie, c’est de trouver le juste équilibre entre l’esprit et l’âme, entre la concentration et la conscience. Vivre une vie terrestre, oui, absolument, mais pas n’importe comment. Certes, notre appareil de locomotion est biologique, il a besoin d’une énergie spécifique pour fonctionner mais en tant qu’humain, il est habité par une autre énergie qui n’aspire qu’à une chose, s’en échapper et se nourrir de spiritualité.

Mais honnêtement, si chaque multinationale, chaque organisme financier, chaque gouvernement, chaque média, se bat pour capter votre attention et donc votre temps, quand le prendrez-vous pour parvenir à cet équilibre ?

Dans notre monde trépidant, c’est quasiment impossible. Tout est fait pour que vous n’ayez aucun moment à vous et ce n’est pas la folie des smartphone qui contredira mes propos, comme si l’homme avait une peur panique de se retrouver seul avec lui-même. Une véritable peur du vide.

D’un autre côté, si nous n’écoutions que l’âme, nos vies terrestres n’avanceraient pas et nous nous perdrions dans les limbes de la rêverie continuelle à psalmodier des phrases toutes faîtes que nous n’aurions cure d’essayer de comprendre.  Cela me fait penser à un proverbe français très juste : vivre d’amour et d’eau fraîche.

Dans la Thora, l’eau, en tant qu’état intermédiaire entre la matière et l’air, symbolise la religion. Dans « LES FILS DE LA RACE DIVINE », j’explique que la litanie continuelle des Hébreux envers Moïse, au sujet de la soif, n’est qu’une image montrant le besoin du peuple d’obéir à un rituel religieux. Faites cette expérience, amusez-vous à remplacer le mot « puit » par le mot « école » et vous lèverez le voile sur un pan méconnu du texte. Accessoirement, vous comprendrez mieux pourquoi les rencontres importantes se passent souvent près d’un puit. Ainsi, l’eau qui émane du puit a été filtrée par la terre et il est bien connu que l’on doive puiser régulièrement pour éviter que ce dernier ne tarisse.

La religion doit donc passer par la terre, par les règles d’Elohim, pour apporter un enseignement à l’homme. La religion passe donc par la connaissance de ces règles et cela porte un nom : la science.

Mais attention, Elohim est l’émanation de Dieu et non Dieu lui-même et il manque un élément fondamental à toute acquisition de connaissances, l’éthique ou plus généralement, ce que nous nommons, la morale. Aujourd’hui, ce terme est devenu péjoratif en ce sens que les « bienpensants », souvent difficiles à différencier de « ceux qui prennent », ont une sainte horreur de ce mot qui limite leurs appétits et l’ont donc rendu politiquement incorrect.

Mais ce mot existe et il est la seule limite sensée à la folie actuelle d’un monde qui s’autodétruit à la vitesse de l’éclair. Et ce mot est aussi vieux que la naissance de l’homme car c’est lui qui nous différencie de l’animal. Pour vous en convaincre, il vous suffit d’observer un chat jouant avec une souris encore vivante et de vous demander ce que vous ressentez à ce moment-là. Si c’est du plaisir, je vous suggère de consulter. Si c’est du dégout, faites une introspection et tentez de connaître le moteur de ce sentiment car, après tout, le chat ne fait rien de mal à son niveau. Alors qu’au nôtre, il agit comme un tueur en série. Pourquoi ?

Pourquoi ce référentiel est-il aussi important ?

Parce qu’il existe un élément inédit dans l’évolution animale terrestre, situé dans notre système limbique, et que la Thora appelle « l’arbre de la science du bien et du mal ».

Il ne s’agit pas de l’arbre du bien.

Ni de celui du mal.

Non.

Il s’agit du principe humain qui permet de peser, de soupeser, le bien par rapport au mal et vice versa. Il s’agit de la justice, l’attribut qui devrait être celui de l’homme authentique et que nous bafouons jours après jours avec nos systèmes favorisants toujours les mêmes types caricaturaux de créatures, les fils de la race divine, ceux qui prennent.

Voici exactement la raison pour laquelle on vous vole votre temps. Quand on vous l’achète, par le travail, c’est un contrat de dupe pour l’immense majorité des populations et quand vous rentrez chez vous et que vous allumez la télé, vos pensées sont remplacées par celles qu’on vous dicte à distance.

Le peu de temps qu’il vous reste, vous le passez à consulter des messages sans intérêt sur vos smartphones en montrant, au passage, à quel point Dieu avait raison de conspuer l’idolâtrie. Se faisant, vous vous inventez de nouvelles vies sur les réseaux sociaux ou sur des sites de rencontre, en manipulant le vrai pour l’embellir à outrance et finir par croire que vous êtes réellement cette personne fabuleuse que vous décrivez à qui est assez naïf ou complaisant pour le lire.

Mais si vous aviez du temps pour vous, sans interférence, sans influence, que verriez-vous ?

Rien.

Vous feriez l’expérience du vide qui entoure votre vie dépendante de ces artifices et surtout vous vous apercevriez que vos pensées ne sont pas les vôtres depuis des années voire, depuis votre naissance pour les plus jeunes d’entre nous. Vous feriez le constat de l’esclavage subtil dans lequel baignent nos populations.

Peut-être liriez-vous la Thora et vous auriez la stupéfaction d’y lire exactement ce que tout le monde vit au quotidien :

4 Le roi d’Égypte leur dit: « Pourquoi, Moïse et Aaron, débauchez-vous le peuple de ses travaux? Allez à vos affaires! »                                                                                                                 

5 Pharaon ajouta: « Vraiment, cette population est nombreuse à présent dans le pays et vous leur feriez interrompre leurs corvées? »                                                                                                         

6 Et Pharaon donna, ce jour même, aux commissaires du peuple et à ses surveillants l’ordre suivant:                                                                                                                                                           

7 « Vous ne fournirez plus, désormais, de la paille au peuple pour la préparation des briques, comme précédemment; ils iront eux-mêmes faire leur provision de paille.                                 

8 Du reste, la quantité de briques qu’ils faisaient précédemment, imposez-la leur encore, n’en rabattez rien. Car ils sont désœuvrés, voilà pourquoi ils profèrent ces clameurs: ‘Allons sacrifier à notre Dieu!’                                                                                                                                         

9 Qu’il y ait donc surcharge de travail pour eux et qu’ils y soient astreints; et qu’on n’ait pas égard à des propos mensongers. »

Etre désœuvré, pour Pharaon, c’est avoir du temps pour soi-même et ce temps, à une époque où télés et smartphones n’existaient pas, c’est laisser l’opportunité aux gens de parler entre eux et réfléchir sur leur condition injuste. La suite est encore plus explicite.

10 Les commissaires du peuple et ses surveillants sortirent et parlèrent ainsi au peuple: « Voici ce qu’a dit Pharaon: ‘Je ne vous donnerai plus de paille;                                                     

11 vous-mêmes, allez, fournissez-vous de paille où vous pourrez en trouver, car il n’est rien diminué de votre besogne.’ »                                                                                                                    

12 Et le peuple se répandit par tout le pays d’Égypte, pour ramasser du chaume en guise de paille.                                                                                                                                                             

13 Les commissaires le harcelaient, disant: « Remplissez votre tâche jour par jour, comme lorsque la paille vous était livrée. »                                                                                                        

14 On frappa les surveillants des enfants d’Israël que les commissaires de Pharaon leur avaient préposés, en disant: « Pourquoi n’avez—vous pas fait toute votre tâche en livrant les briques comme précédemment, ni hier ni aujourd’hui? »                                                                      

15 Les surveillants des enfants d’Israël vinrent se plaindre à Pharaon en ces termes: « Pourquoi traites-tu ainsi tes serviteurs?                                                                                            

16 La paille, il n’en est pas fourni à tes serviteurs et pourtant on nous dit ‘Faites des briques!’ A présent tes serviteurs sont frappés et c’est ton peuple qui est coupable. »                                  

17 Il répondit: « Vous êtes des gens désœuvrés, oui, désœuvrés! C’est pour cela que vous dites: ‘Allons sacrifier à l’Éternel.’

Qui a dit que la Thora était un vieux bouquin poussiéreux ? Probablement les mêmes qui veulent votre prise en charge totale. Dans le judaïsme, la brique est clairement le symbole de l’esclavage car sa conception et son utilisation entraine un travail de fourmi, répétitif et aliénant, que personne ne voudrait exécuter de façon naturelle. Par contre, pour un dirigeant, elle est du pain béni car elle occupe l’esprit des populations. Il suffit de pousser ce raisonnement d’une fraction de millimètre en avant et vous obtenez une devise d’un cynisme sans nom : arbeit macht frei, le travail rend libre.

Le travail et le temps sont intimement liés.

Le temps n’a jamais été de l’argent par contre il est un élément fondamental pour vous poser et comprendre votre condition humaine et pour explorer les ramifications de l’arbre de la science du bien et du mal.

Et vous aurez aussi compris que le monde de la réparation sera aussi celui où personne ne vous volera votre temps, votre bien le plus précieux ici-bas.

 

JRB le 01/04/2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.