L’aile ou la cuisse (Créationnisme contre évolutionnisme)

L’aile ou la cuisse (LE lIVRE)

Depuis un an et demi, j’essaie de faire comprendre comment ce monde s’articule entre matière et spiritualité, entre l’aile ou la cuisse.

La nature de l’un ou de l’autre n’est pas tout à fait ce que l’on croit. J’en suis arrivé à une probabilité immense que notre espace « visqueux » est une exception dans le Monde.

Nous ne sommes qu’une toute petite partie limitée à la pointe d »un triangle inversé, tout en bas, dans une invagination spatiale appelée « univers ».

Ce que vous touchez n’est que la partie durcie d’une énergie. Toute la création matérielle de ce monde était guidée, au départ, par l’acquisition d’une masse pouvant agir avec les forces fondamentales.

Quelque part, « on » a créé les conditions pour qu’un jour puisse apparaître cette équation :

E = mc²

L’énergie est proportionnelle à la masse d’un objet multiplié par la vitesse de la lumière au carré. Plus votre masse est grande et plus l’énergie développée est importante. Mais ce qui est important, c’est que cette équation associe la masse et la vitesse comme si ces données étaient liées.

Pour ma part, c’est le cas.

Certes, je ne suis pas physicien et j’aurais bonne mine d’avoir à rentrer dans les détails.

Ce que je sais, c’est que plus vous vous rapprochez du big bang et moins cette équation fonctionne.

La raison, c’est que plus vous êtes proche de l’origine et moins il existait de matière et donc de masse.

Il n’y avait plus de règle proportionnelle entre l’énergie et la masse. Autrement dit, la vitesse perd tout son sens et vous le savez comme moi, la vitesse est un rapport entre la distance et le temps.

Est-ce à dire qu’au commencement, il n’y avait ni temps, ni distance car la masse n’existait pas ?

Oui.

Vous venez de rentrer dans l’éternité divine. Dieu est éternel car dans l’état éthéré du Monde, le temps n’existe pas. Tout est instantané.

Mon intuition est que Dieu EST le monde et que nous en sommes des participants actifs comme des cellules d’un corps mais avec une conscience et une volonté. Un jour, nous avons dysfonctionné. Il fallait nous soigner plutôt que de nous éliminer par une métaphore chirurgicale céleste.

L’amour divin, c’est que même le plus petit artisan du corps est important. La dernière cellule de votre intestin grêle est sujette à toutes les attentions de Dieu si elle a la plus infime chance d’être guérie.

Comment vous dire cela ?

Dieu aime son propre cancer et fera tout pour éviter l’ablation si tant est que le cancer exprime la volonté de se guérir.

Je sais, cela fait bizarre de parler comme cela mais il faudra vous y habituer. Pour un humain, le cancer n’a aucune conscience car nos cellules sont des fractions simples de nous-mêmes.

En êtes vous si surs ?

Chacune de vos cellules renferme trois types d’ADN, le classique, l’adn mitochondrial, spécifique à vos mitochondries, et l’arn messager, celui qui travaille à la réplication et à la bonne copie de votre adn.

Cela revient à dire que chacune de vos cellules contient le code de toute votre personne et donc de tout son fonctionnement, un peu comme si chacun d’entre nous avait la connaissance de toute la planète inscrit dans son cerveau. J’avoue que ce serait pratique mais cela existe dans une version moins innée.

Dans notre cas, cela s’appelle l’apprentissage. Mais ce serait une drôle d’expérience.

Imaginons, vous êtes médecin. Chaque jour, vous rencontrez des patients et remplissez votre rôle. Dans le même temps, vous sauriez ce que les militaires, les architectes, les physiciens font. Mais la perspective est encore plus vaste.

Votre génome vous permettrait de vous mettre à la place des poissons, des lions, des oiseaux, des lézards (du serpent?) car il renferme une partie commune.

Ainsi, chaque rôle et chaque fonctionnement vous seraient connus.

Vous seriez liés et religieux au bon sens du terme.

Est ce que l’évolution seule (Darwin) peut faire cela ?

Elle peut le faire en partie seulement.

Pour faire simple, Dieu crée, la terre perfectionne. Dieu emmène sur le bon chemin, les règles de la nature donnent les jambes pour le parcourir. Jacob en sait quelque chose…

Oui, je vous entends encore crier à l’hérésie anti darwinienne et je vous comprends.

Durant ces dernières décennies, c’est l’évolution et la sélection naturelle qui sont les bases de notre apparition. La nature teste et choisit la solution la plus adaptée.

Tout ce que j’ai lu sur le sujet est unanime, il n’y a pas d’autre moteur de l’évolution génomique. La pression de sélection du milieu est si intense qu’elle contorsionne l’adn jusqu’à ce qu’il intègre le remède à la contrainte du milieu.

Je souscris en partie à ces allégations.

Je les réfute catégoriquement en ce qui concerne certaines créations qui ne s’expliquent que par une intervention extérieure.

( Parenthèse : Je vais régler le cas des extra terrestres tout de suite. Si vous admettez qu’ils ont eux-mêmes subi leur propre évolution selon les mêmes règles darwiniennes (quoi d’autre?), alors il vous suffi de mettre votre psychisme à la place de celui de vos petits hommes verts pour essayer de comprendre ce qui peut motiver des aliens. La réponse est rien ! Si vous n’êtes pas capable de prévoir sur des centaines de millions d’années alors eux non plus, aussi intelligents soient ils. Pardonnez moi encore de désillusionner la plupart d’entre vous mais il faudra un jour m’expliquer pourquoi une espèce darwinienne mais hautement technologique pour être parvenue jusqu’ici, se préoccupe de créer ou d’étudier un homme qui n’a pas plus de valeur que nous n’en accordons à une fourmilière sur laquelle nous marchons.

Cela ne veut pas dire que les extra terrestres n’existent pas, cela signifie qu’on ne les a jamais rencontré. La seule raison pour laquelle une race extra humaine se cacherait de nous par éthique, ce serait de l’ordre du même divin dont il est question sur ce site et donc, cela ne changerait rien à notre problème actuel, c’est à dire, d’où venons-nous ? Pourquoi ?Comment se réparer ?

Fin de la parenthèse )

Bonne nouvelle ! Que des petits hommes verts existent ou pas, cela ne change rien à notre rôle à venir et ils ne sont pour rien dans notre création.

Il ne peut y avoir qu’une intervention divine à l’origine de certains aspects de notre monde.

Prenons l’exemple du 5 ième jour :

20 Dieu dit: « Que les eaux fourmillent d’une multitude animée, vivante; et que des oiseaux volent au dessus de ta terre, à travers l’espace des cieux. » 

21 Dieu créa les cétacés énormes, et tous les êtres animés qui se meuvent dans les eaux, où ils pullulèrent selon leurs espèces, puis tout ce qui vole au moyen d’ailes, selon son espèce; et Dieu considéra que c’était bien.

Nous rentrerons dans le détail quand nous étudierons la totalité du 5ième jour. Aujourd’hui, je souhaitais juste en dégager un aspect : les oiseaux qui volent et ce qui vole au moyen d’ailes.

Toute cette introduction pour en arriver à une énigme totale qui ne peut s’expliquer que par une intervention directe dans le génome de certaines espèces : l’aile.

C’est un paradoxe à lui tout seul. L’aile fiche en l’air, c’est le cas de le dire, toute la théorie de Darwin.

On peut imaginer certaines choses que je vais illustrer par deux poissons :

l'aile ou la cuisse
La sole

On peut aisément imaginer comment se passe l’évolution d’une sole. Ses habitudes alimentaires et éthologiques la poussant à se plaquer sur le fond marin contraignent ses yeux à une migration sur un seul côté du corps. Dans son cas, ses yeux sont encore positionnés curieusement de façon asymétriques comme s’ils n’avaient pas achevé le processus.

l'aile ou la cuisse
La limande

La limande sole, quant à elle, possède deux yeux bien symétriques sur le dessus de la tête. Sa bouche est encore de travers comme celle de la sole. Certainement la prochaine étape de son évolution.

Peut être serait il intéressant d’étudier l’œil comme moteur évolutif prioritaire et puissant avant même l’outil de l’alimentation lui-même ?

Bref, ce que je dis ici, c’est qu’effectivement, l’évolution fonctionne. C’est un processus plus ou moins long par laquelle une spécificité s’acquiert par la transformation progressive d’un outil. Cela signifie que cet outil fonctionne dans toutes les étapes de sa transformation sinon, l’animal ne devient plus adapté !

Dans le cas de notre sole, cela sous entend qu’elle a du passer par une étape ou un de ses yeux était sur le front ou le menton et que cela n’était pas un handicap pour sa survie…

J’espère que vous comprenez où se situe l’enjeu.

L’aile échappe totalement à cette logique.

L’aile existe ou n’existe pas mais elle ne peut pas être formée par une succession de moignons plus ou moins plumés jusqu’à ce qu’elle devienne fonctionnelle.

Avoir des ailes veut aussi dire que l’animal perd ses bras. Or, la nature ne remplace jamais des bras opérationnels par deux moignons inutiles en attendant des millions d’années qu’ils soient aptes à supporter le poids d’un corps dans les airs.

Cela sous entend tellement d’autres modifications…

Un corps allégé, des os creux, une aérodynamique, l’invention de la plume, un sens pour se diriger en 3D et tellement d’autres choses encore…

L’invention de l’aile est impossible dans la théorie évolutionniste.

Pourtant, je ne la rejette pas.

Cette Création possède deux aspects comme je l’ai dit par ailleurs.

Elle est intérieure et extérieure en même temps.

Dieu crée des règles qui ouvrent sur la diversité infinie. La nature, elle, retient le probable et l’utile. Dieu crée le germe, la nature apporte plus ou moins l’eau.

En ce sens, le germe est malléable et adaptable, il a les règles inscrites en lui mais il ne peut basculer dans des conditions extrêmes instantanées. Il lui faut le temps de se plier aux éléments.

La vrai clé que je voulais vous dévoiler ici, c ‘est que dans la Genèse, Dieu nous montre exactement où son action s’est situé dans l’évolution du monde.

Chaque fois qu’il a créé !

1 Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre.

21 Dieu créa les cétacés énormes, et tous les êtres animés qui se meuvent dans les eaux, où ils pullulèrent selon leurs espèces, puis tout ce qui vole au moyen d’ailes, selon son espèce; et Dieu considéra que c’était bien.

27 Dieu créa l’homme à son image; c’est à l’image de Dieu qu’il le créa.

Voilà, c’est tout pour ces 6 étapes. L’immense création, c’est la première, tout y était intégré. Ensuite, ce sont les réajustements dont je parlais par ailleurs. Nous y retrouvons l’aile (pas n’importe laquelle) et nous y voyons l’homme. Pourtant, une des figurations les plus connues du darwinisme humain est celle-ci :

l'aile ou la cuisse
L’homme de Darwin

Elle est d’une débilité sans nom. Elle est l’exacte raison de la problématique humaine dans Eden. On ne voit que ce qu’on a envie de voir.

Ainsi, si je retiens ce schéma comme l’aboutissement de toutes nos connaissances sur l’évolution. Le bassin d’un singe s’est subitement modifié pour accepter la station debout de l’hominidé. Darwin lui-même dit que c’est impossible. Le processus est lent à moins d’admettre une pathologie accidentelle s’inscrivant durablement dans les gènes. Cela ne tient pas la route.

Si ce schéma était vrai, il faudrait y intégrer un espèce intermédiaire avec un bassin à l’ouverture intermédiaire. Ce pourrait être le fameux chaînon manquant que beaucoup cherchent dans la sphère oro-pharyngée.

C’est avant tout au niveau de la hanche que le bas blesse.

J’ai retrouvé un dessin dont l’auteur s’est carrément fendu d’un maillon impossible :

l'aile ou la cuisse
Le papy de Darwin

Vous pouvez me donner la durée de vie de celui-ci ?

Il ne peut ni monter aux arbres, ni avoir les avantages de la station debout. Il est condamné dès la naissance à se promener comme un vieillard.

Et le suivant alors ? Celui qui marche avec les genoux pliés !

Si la nature était passée par cela, il n’y aurait jamais eu d’homme moderne.

Si j’imaginais le même dessin trompeur pour l’oiseau, voilà ce que cela donnerait :

L'aile ou la cuisse
Du dino à l’oiseau

Vous êtes convaincu ?

Pas moi.

Il est temps de se rendre à l’évidence. Il n’y a pas de choix à faire entre l’aile ou la cuisse. Cette Création doit réunir et non diviser. Nul n’a la vérité absolue. Il ne peut exister Darwin sans Dieu comme il ne peut y avoir de création adaptée sans évolution.

Je suis content pour vous.

Vous venez de rentrer dans la vraie religion pour la première fois de votre vie, vous venez de relier les éléments entre eux.

(Vers extrait du lIVRE)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.