RÉPARATION 2 : Les plaies.

LA RÉPARATION DU MONDE 2 :

 Les plaies

 

Voilà, nous y sommes.

Au bord du gouffre.

L’échiquier est posé sur la table, les pièces sont disposées pour l’assaut final. Il y a 3200 ans, un Homme a retranscrit toutes les conditions qui menèrent l’humanité au bord du précipice. Mais je tiens à vous rassurer quand même.

Nous avons déjà passé le stade du vrai Déluge !

Il aurait dû intervenir avant, à proximité directe des deux guerres mondiales. Les civilisations qui nous ont précédés, n’ont pas eu la même chance de poursuivre leurs routes pour accomplir leurs destins. A l’époque, Dieu avait encore de l’espoir pour que le monde bâtisse des Nations responsables et libres. Mais l’homme a échoué en suivant ses fils de la race divine dont la seule et unique préoccupation est d’amasser, de manger, d’agglutiner, bref, de monopoliser tous les pouvoirs pour eux-mêmes.

Ceux qui prennent.

Notre chance n’en est pas une. Elle est le témoignage d’échecs répétitifs, millénaires après millénaires, ères après ères. Enfin quoi ! Vous pensez vraiment que notre civilisation actuelle fut la seule de l’histoire ?

Soyons simples et logiques deux secondes.

Il y a quelques années, des archéologues ont trouvé un squelette d’homo sapiens datant de plus de 300 000 ans au Maroc. C’est le plus ancien découvert à ce jour. Si vous lisez nos livres de préhistoire, vous vous apercevez que les traces les plus vieilles de civilisation humaine évoluée datent d’environ 12000 ans (Gobekli Tepe en Turquie). Et donc, en 12000 ans, nous serions passés de la taille de pierre à la navette spatiale…Très bien, mais je tiens à poser une question.

Qu’est-ce que nous avons bien pu faire pendant les 288 000 ans qui ont précédé ?

Franchement, il faut avoir une âme d’enfant pour y croire et pour soutenir cette thèse. Vous connaissez l’homme actuel, vous voyez bien ce qu’il est capable de faire, or, il y a 300 000 ans, le même homme vivait sur cette Terre, et lui, se serait tenu à carreau pendant tout ce temps ?

Fariboles…

Par contre, dans les 100 000 dernières années, on sait avec certitude qu’il faillit disparaître deux fois.

La première, il y a 75 000 ans. La deuxième, il y 26 000 ans. Le Déluge biblique n’a jamais été une inondation, par contre, si on reste dans le domaine de l’eau et qu’on réfléchit deux minutes à une eau qui peut recouvrir toute la Terre et submerger la plus haute montagne de plus de 15 coudées (environ 7,5 mètres), il vous faut abaisser les températures pour geler le précieux liquide et là, vous obtenez de la glace.

Il y a 75 000 ans, le supervolcan Toba (Indonésie) entra en éruption et provoqua une sorte d’hiver nucléaire qui déclencha une glaciation majeure. Mille familles seulement survécurent.

Puis, quand les choses s’arrangèrent, un autre supervolcan explosa en Nouvelle Zélande, cette fois. Le volcan Taupo ouvrit son abîme et envoya un panache de cendre à plus de 50 kilomètres d’altitude. Un nouvel épisode glaciaire succéda à ce cataclysme mais il dura moins longtemps que le premier.

Vous voulez voir l’œil de Dieu quand il est fâché ?

Le voici…

la réparation du monde
Caldeira de Toba

Le Déluge est le récit des survivants à la réaction d’Elohim. Puisque des hommes se prennent pour des fils d’Elohim alors, c’est Elohim qui répond en leur montrant qui il est réellement. D’ailleurs, même Noé, fervent soutien du rationalisme le plus basique, change d’optique sur la fin du récit.

26 Il ajouta: « Soit béni l’Éternel, divinité de Sem et que Canaan soit leur esclave,

27 que Dieu agrandisse Japhet! Qu’il réside dans les tentes de Sem et que Canaan soit leur esclave!

Remarquez bien la formulation. L’Eternel, c’est YHVH, le tétragramme divin imprononçable. Dieu, c’est Elohim. Avec ces deux versets, chacun est à même de comprendre la différence entre la nature et l’émanation de Dieu, entre son essence et sa fonction terrestre visible. Dans la Bible, Japhet est le père des Nations occidentales et je ne crois pas me tromper en affirmant que sa maîtrise des règles de la nature l’a considérablement agrandi.

Mais Japhet doit vivre dans la tente de Sem, père des Nations sémites, et ceci s’est également réalisé sous l’appellation du judéo-christianisme.

Je vous rappelle que la Torah fut écrite il y a 3200 ans et que nous avons la certitude absolue de son authenticité depuis 2300 ans, à l’époque où Ptolémée II exigea qu’elle fut traduite en Grec dans une édition que nous connaissons sous le nom de Septante.

300 ans avant Jésus. Qui aurait pu affirmer que Japhet, père de Yavân, lui-même souche des Grecs, vivrait sous la tente de Sem en adoptant une part de sa spiritualité ?

Personne, si ce n’est le Créateur lui-même.

Maintenant, si j’affirme que nous avons dépassé les stades ultimes des Déluges ancestraux, c’est qu’aucune des civilisations qui nous ont précédés, n’est allée aussi loin dans le progrès technique. Elles ont toutes été éradiquées avant de parvenir à l’équivalent de notre début du XXième siècle. Je n’en dirai pas plus ici. Le reste se trouve ailleurs en suivant les liens. Je vais quand même vous donner l’année exacte : 1905.

Le Noé biblique n’a jamais été un religieux, il croyait en Elohim, il était lui-même fils d’Elohim mais il possédait une conscience et une volonté qui lui permit de survivre aux évènements. Si je vais encore un peu plus loin, je peux affirmer qu’il n’était pas un individu unique mais la souche d’une nouvelle humanité.

Comment un religieux peut-il encore croire qu’un couple avec ses trois fils va rebâtir une civilisation ?

A moins de vénérer l’inceste ce qui va à l’encontre des 7 commandements que devront suivre les survivants…

Je voulais en arriver à cet endroit précis.

Avant d’explorer les solutions aboutissant à la réparation de l’homme et de cette Terre, il convient de connaître les maladies dont il souffre. Nous avons pu comprendre que le fils de la race divine est une plaie profonde mais il en est une autre, aussi dangereuse.

Le religieux.

Vous êtes sur un site d’étude biblique. Depuis 2012, j’étudie la Torah par un biais inattendu. Je ne mange ni porc, ni crustacés, ni poissons sans écaille, ni insectes et quand j’achète du poulet, je le prends entier pour être sûr qu’il n’a pas été découpé vivant. Je ne suis ni chrétien, ni musulman, ni juif mais je respecte les commandements raisonnables que devraient suivre tout homme.

Mais j’affirme.

La religion est une des plaies de ce monde.

Peut-être seriez-vous tentés de croire que notre époque plus rationnelle est une bonne parade à la religion ?

Vous avez tort. C’est peut-être même l’inverse en ce sens que la religion, c’est de la croyance sans justification.

Croire, c’est tenir pour vrai un fait non prouvé.

Faites une petite expérience. Après une journée représentative de votre vie, amusez-vous à faire le bilan de la journée et de toutes ces choses que vous avez « tenues pour vraies » en les comparant à celles qui étaient justifiées par un motif véritable et sensé. Vous allez être surpris. Même si vous êtes un athée intégriste, vous vous apercevrez que votre vie est rythmée par une démarche religieuse en ce sens que la croyance y tient une place plus que prépondérante.

Quasiment tous nos achats sont téléguidés à distance. Et quand on parle d’achats, on parle aussi de désirs, de besoins. Honnêtement, penser qu’il faut assouvir tous ses désirs pour combler des besoins, n’est-ce pas là le comble de la croyance ? Le résultat de cette démarche, c’est une éternelle insatisfaction et un esprit troublé par une quête sans fin et inutile. Les philosophies orientales ont depuis longtemps identifié ce problème. Il s’agit de la recette qui conduit l’homme à ne jamais être heureux.

Dans mes lIVRES, je prends en exemple les aficionados de l’IPhone et je me demande pourquoi des gens possédant un cerveau peuvent ressentir une telle ferveur à acheter un téléphone extrêmement cher, dont les options sont toutes payantes, qui demande à être alimenté par les programmes exclusifs de la marque, dont on ne peut même pas changer la batterie et qui n’est finalement qu’un téléphone jetable quand il tombe en panne. Oui, mais il est à la mode. C’est la seule raison valable pour cet engouement absurde qui justifie les batailles rangées de clients serviles faisant la queue devant un magasin à la sortie d’un nouveau modèle.

C’est religieux !

Toute notre vie gravite autour de cette idée. L’athéisme n’existe pas vraiment. Mieux, pour moi, l’athéisme est un trop plein de religion. Si vous doutez de cette idée, demandez-vous pourquoi la Torah exprime autant d’aversion pour l’idolâtrie.

Qu’est-ce que l’idolâtrie ?

Larousse : Culte rendu à des idoles ou à des créatures adorées comme la divinité même.

Ce monde va tomber parce qu’il est idolâtre, parce que le manque de profondeur dans la recherche spirituelle tourne l’homme vers de l’immédiat et du futile. De ce point de vue, alors que notre époque est propice à acquérir des connaissances fondamentales dans la quête de la nature divine, les religieux de métier persévèrent à louer la foi comme un objectif ultime à la spiritualité.

Alors, on vous dit qu’un homme peut ressusciter, qu’un autre peut s’envoler sur son cheval et atterrir à Jérusalem.

Or, je vous l’ai dit, l’essence d’Elohim interdit totalement ces extravagances. Quand Dieu agit sur Terre, il le fait par le biais des règles naturelles de façon à ce que son action demeure voilée. L’objectif de l’homme est la conscience du divin afin de retrouver sa fonction authentique. Il ne peut le faire qu’en conservant une mémoire pérenne et je n’ai pas trouvé de moyen humain plus efficace que l’apprentissage et le transfert de connaissance pour y parvenir.

Même le judaïsme orthodoxe ne peut lutter contre cet argument et voici pourquoi.

Ceci est l’arbre séfirotique, l’arbre de vie, avec ses différents fruits notés en hébreu.

réparation du monde
Arbre séfirotique

10 attributs reconnaissables ornent cet arbre. Un onzième est caché. Daath, la connaissance. Et vous remarquerez une chose. Avant de parvenir aux niveaux les plus élevés, il est incontournable. Je vous laisse méditer sur cette révélation avant la troisième partie.

 

JRB le 23/03/2018 (Bon anniversaire Eva)

 

 

LA RÉPARATION DU MONDE 1

LA RÉPARATION DU MONDE

(première partie)

 

Dans le lIVRE, les fils de la race divine, j’accorde un chapitre sur le monde de la réparation en partant du principe que les réponses sont inscrites dans la Torah. Un passage, en particulier, est un puissant révélateur de ce qui peut conduire au désastre : le Déluge.

Si donc nous parvenons à identifier les éléments qui précipitent l’homme vers sa chute, nous pouvons facilement en déduire ce qui le conduira vers la réparation du monde, ce que j’appelle, la réparation finale.

Je vais refaire sommairement la démonstration et ensuite, nous serons mieux à même de comprendre comment notre propre société doit changer dans le sens d’une amélioration. Relisons ensemble ce passage.

1 Or, quand les hommes eurent commencé à se multiplier sur la terre, et que des filles leur naquirent,

2 les fils de la race divine trouvèrent que les filles de l’homme étaient belles, et ils choisirent pour femmes toutes celles qui leur convinrent.

Pour trouver un monde qui va sombrer dans le gouffre de la destruction, il faut réunir plusieurs facteurs importants.

 

LA DEMOGRAPHIE

Le premier est démographique. Mais que peut bien vouloir dire le terme « multiplier ». Prenons un exemple contemporain. Voici un graphique sur l’évolution de la population mondiale disponible sur Wikipédia :

réparation du monde
La courbe de la population mondiale avant la réparation du monde

Comme toute croissance exponentielle, la courbe est quasiment plate la majorité du temps. Mais quand un seuil est dépassé, la courbe monte en flèche et l’ascension semble irrésistible. D’ailleurs,  voici un autre graphique au profil similaire :

Le monde la réparation
Croissance exponentielle de la cellule cancéreuse

Tout comme l’homme est un « accident » évolutif, une cellule peut devenir autre chose et perdre sa fonction première. Dans ce cas, elle devient inopérante, se consacre exclusivement à la division et occupe la place des cellules actives de l’organe. Pendant 8 à 9 ans, il est impossible de détecter cette nouvelle population mais, à partir du milliard de cellules, nos instruments de mesures parviennent à le repérer. Il s’agit d’une tumeur.

Si nous appliquons cette logique à la démographie humaine, voici ce que cela donnerait :

-10000 -5000 1000 1800 1850 1940 2001
4 5 310 980 1260 2300 7000

 

Sur la ligne du haut, les dates. Sur celle du bas, la population mondiale en millions. Nous avons dépassé le milliard d’habitants entre 1800 et 1850, probablement pendant le règne de Napoléon en France. Ce n’est pas un hasard.

DES FILLES LEUR NAQUIRENT

Quelle étrange formulation… Mais je vous rassure tout de suite, il naissait déjà des filles avant la période du Déluge. Alors que peut bien vouloir dire cette expression ?

La seule explication possible, c’est qu’auparavant les femmes laissaient moins de traces dans l’histoire de l’être humain. Tout à coup, ou disons plutôt, progressivement,  la femme est devenue l’égale de l’homme en terme de notoriété et d’action dans le monde allant jusqu’à devenir un symbole pour certains pays comme la France avec Marianne.

 

LES FILS DE LA RACE DIVINE

A cette période troublée du Déluge, les fils de la race divine, autrement traduit par, les fils d’Elohim, trouvèrent belles les filles de l’homme et les choisirent pour eux-mêmes. Tout d’abord, il convient de préciser cette expression de « fils d’Elohim » avant qu’un ufologue illuminé ne me tombe sur le dos. Je suis formel, ils n’ont rien à voir avec des extra-terrestres. Si vous avez lu le premier lIVRE, vous savez donc qu’Elohim est le nom de Dieu dans son émanation terrestre autrement dit, les règles de la nature. Seulement, dans la tête de certains hommes troublés par leurs images, l’idée d’homme dieu a fait son chemin très tôt. L’Egypte antique, par exemple, a inventé une multitude de ces personnalités aux egos surdimensionnés et ce n’est pas un hasard non plus si le fondement même du peuple israélite démarre par un départ houleux des terres égyptiennes.

Mais à l’époque du Déluge, quelque chose de nouveau apparait. Ces castes nobles se mélangent aux hommes par l’intermédiaire de leurs filles. Pour mieux cerner cet aspect, on peut essayer de l’actualiser en prenant des exemples :

Le prince William et Kate Middleton pour l’Angleterre.

Le roi Abdallah II et Rania al-Yassin en Jordanie.

L’empereur Akihito et Michiko Shōda au Japon.

Le Prince Albert et Charlène Wittstock.

Et j’en passe…

Toutes ces têtes couronnées se sont mariées avec des roturières, belles de préférences. Mais revenons au texte.

3 L’Éternel dit: « Mon esprit n’animera plus les hommes pendant une longue durée, car lui aussi devient chair. Leurs jours seront réduits à cent vingt ans. »

L’ATHEISME

A cette époque troublée, une vague d’athéisme submerge le monde. Et l’homme parvient à vivre jusqu’à 120 ans. Impossible, me direz-vous, pour la deuxième affirmation, pas si sûr. Wikipédia :

Jeanne Louise Calment est une Française, née le 21 février 18751 à Arles (Bouches-du-Rhône) et morte dans la même ville le 4 août 1997, à l’âge de 122 ans, 5 mois et 14 jours (soit 44 760 jours)

Et si vous voulez un autre hasard, je vous propose ce verset :

1 CHRONIQUES 5:18 Les Rubénites, les Gadites et ceux de la demi-tribu de Manassé, qui étaient guerriers, porteurs de boucliers et d’épées, archers et exercés aux combats, formaient un effectif de quarante-quatre mille sept cent soixante soldats.

Si vous en souhaitez une explication, il conviendra de vous référer au lIVRE II pour mieux l’appréhender, ce n’est pas l’objet ici.

4 Les Nefilim parurent sur la terre à cette époque et aussi depuis, lorsque les hommes de Dieu se mêlaient aux filles de l’homme et qu’elles leur donnaient des enfants. Ce furent ces forts d’autrefois, ces hommes si renommés.

Les fameux géants ! A cause de ce verset, des tas de personnes soutiennent l’idée que certains hommes, jadis, mesuraient plus de 5 mètres. Sur internet, nous voyons des tas de photos truquées de squelettes semi-enterrés dont les dimensions font frémir. Certes, mon idée sera plus raisonnable, moins tape-à-l’œil, mais elle aura le mérite de tenir la route.

Maintenant que vous savez qui sont les fils de la race divine, les fils d’Elohim ou comme écrit ici, les hommes de Dieu, il vous suffit de reconstruire le sens en faisant abstraction de l’extraordinaire dont notre esprit (je n’ai pas dit âme) est friand.

Ce verset nous apprend que les géants sont des enfants. Ils sont le fruit de l’union entre les fils d’Elohim et les filles de l’homme. Cela vous surprend ? Rappelez-vous simplement le battage médiatique autour de la progéniture du couple prince William/Kate Middleton et vous aurez une bonne idée du sujet. Le texte devient même très ironique à ce sujet en parlant « d’hommes si renommés ».

Poursuivons :

5 L’Éternel vit que les méfaits de l’homme se multipliaient sur la terre, et que le produit des pensées de son cœur était uniquement, constamment mauvais;

 

LA TERRE

 

Afin de lire la Torah correctement, il convient d’être simple et c’est souvent le plus difficile. Qu’est-ce que regrette Dieu pour en venir à déclencher le Déluge ? Les méfaits de l’homme sur la terre.

Il ne parle ni de guerre, ni d’autres abominations conduisant l’homme à exterminer d’autres hommes bien que nous nous doutons qu’un cœur uniquement, constamment mauvais, aboutit à cette extrémité. La vérité, c’est que la terre et donc, la Terre, était en train de mourir. C’est la seule et unique raison pour la prise de décision finale.

Cela rend humble. Une Terre qui se régénère permet de recréer un projet viable. Une Terre en train de mourir ne permet plus rien. Tous les types de projets s’arrêtent nets. Et c’est à ce stade qu’intervient Noé, mais résumons un tant soit peu la situation.

Pour que Dieu prenne la décision d’éradiquer l’homme, il faut réunir plusieurs conditions :

– La démographie doit être exponentielle.

– L’homme peut vivre jusqu’à 120 ans.

– Les filles de l’homme doivent avoir une notoriété dans l’histoire et/ou les médias…

– Elles doivent se marier avec des fils de dynasties régnantes.

– Leurs enfants doivent avoir une renommée formidable.

– Athéisme important.

– L’homme doit détruire sa terre.

Pour que les choses soient bien claires, je vais rajouter un autre élément qui n’est pas cité à cet instant précis mais que nous retrouvons à l’issue du Déluge, au chapitre 9 :

4 Toutefois aucune créature, tant que son sang maintient sa vie, vous n’en mangerez.

Dieu vient de donner accès à toute la Création, la terreur de l’homme peut s’abattre sur chaque animal, sur chaque plante, sur chaque ressource mais il ajoute cette limitation qui devient un commandement divin, un interdit absolu.

Qu’il est curieux ce commandement… A croire qu’avant le Déluge, les gens se jetaient sur les animaux et les dévoraient vivants. Pourtant, je tiens à vous dire que malheureusement nous l’avons tous enfreint au moins une fois dans notre vie !

Pour vous en convaincre, même si cela est insupportable, je vous suggère d’aller regarder ces vidéos en caméra cachée sur le fonctionnement de nos abattoirs. Vous y découvrirez que souvent, certains animaux sont tronçonnés vivants sur les chaines d’abattages. Je ne m’étendrai pas sur celles où on voit des employés se comporter comme des tortionnaires ou des tueurs en série (selon votre choix) mais l’idée générale est là.

A la liste de conditions nécessaires au déclenchement du Déluge, je rajouterai donc celle-ci puisqu’il semblerait qu’il faille énoncer un commandement spécifique.

– Les animaux sont découpés vivants

Allez ! Franchement ! Vous ne sentez pas comme une sorte de couperet au-dessus de nos têtes ? Notre époque ne réunit-elle pas toutes ces conditions ?

Non ! Me diront certains, parce que :

11 Je confirmerai mon alliance avec vous nulle chair, désormais, ne périra par les eaux du déluge; nul déluge, désormais, ne désolera la terre. »

Que les grands exégètes soient bénis ! Ouf ! Nous sommes sauvés.

A moins que cela veuille dire autre chose de beaucoup moins candide. Deux fois le mot Déluge est écrit dans ce verset. Cela signifie que si fin du monde il doit y avoir, ce n’est pas Dieu qui déclenchera celle-ci. Mais alors qui ?

Nous !

Ainsi, il n’y aura plus d’échappatoire possible, l’homme aura échoué, point final. Nous sommes dans la dernière tentative pour nous réparer, il n’en existera pas d’autres.

(Suite dans la deuxième partie), le monde de la réparation 2.

JRB le 03/03/2018